La fabrique du politique…décryptage de la politique spectacle

233

François HOURMANT, Maître de conférences en sciences politiques à l’université d’Angers, était l’invité du Club de la Presse Anjou lors de son déjeuner du 11 février 2014. Il est venu présenter la nouvelle formation mise en place par l’Université d’Angers intitulée : “La fabrique du politique”.

La « fabrique du politique » : cette approche de la science politique n’existait pas à Angers dans le champ universitaire. François Hourmant lui fait prendre corps : dès septembre, cet enseignant chercheur de l’Université d’Angers va diriger un nouveau diplôme universitaire sur ce thème. Il était l’invité du Club de la presse mardi pour en expliquer le contenu, les destinataires, le positionnement.

François Hourmant baigne dans la politique depuis toujours. Mais pas en tant que praticien : en tant qu’analyste et chercheur. En tant qu’universitaire. On ne compte plus les ouvrages qu’il a consacrés à la chose politique. Forcément, ça devait déboucher sur une formation spécifique. Elle démarre en septembre prochain. Son objectif : apporter des éléments pratiques à l’analyse des performances, des scénographies et des mises en scène de la communication politique. “À l’heure d’Internet, les politiques sont soumis à double exigence de visibilité et de théâtralisation politique.

À travers une approche classique en terme d’analyse du discours (la rhétorique, le storytelling,…) et l’appréhension du corps en politique (la communication non verbale), la formation décryptera l’importance de la mise en récit mais également le poids de l’apparence qui, souvent, échappe à la conscience des électeurs. “Les vecteurs médiatiques permettent de prendre en compte les facettes de la dimension spectaculaire du jeu politique, souligne l’enseignant. Les discours, les gestes et les attitudes tenus ne sont pas les mêmes à la télé que lors d’un meeting.” Et, si les mutations des médias sont prises en compte (webpolitique, réseaux sociaux) les formes anciennes de scénographie symboliques (cérémonies officielles, rituels) sont également sollicitées.

Y compris à l’échelle locale : la campagne des municipales le démontre très fortement avec les spécificités de la communication politique locale. “La présence, dans toutes les villes, de nombreux journaux municipaux et les relations qu’entretiennent journalistes et politiques font de la politique locale quelque chose de tout à fait particulier” explique François Hourmant. Afin d’analyser au plus près les réalités de ces cas pratiques, élus et journalistes locaux viendront spécialement pour la formation apporter leur expérience de terrain.

Ce Diplôme universitaire se déroulera au rythme de deux jours par mois, et s’étalera sur toute la durée de l’année universitaire (132 heures au total). Il se composera de six modules déclinés autour de trois thèmes principaux. Thème 1 : les exigences de la performance (étude de la mise en récit, analyse du « corps en politique » avec notamment le poids des apparences). Thème 2 : la logique du spectaculaire par les vecteurs médiatiques (les rites et les liturgies politiques, la symbolique politique). Thème 3 : la mise en scène de l’action publique (la politique au miroir du local, l’évaluation des politiques publiques).

Ce DU s’inscrira comme un complément de formation pour des étudiants soucieux de muscler leur préparation pour le concours de l’Ecole de la magistrature, de Sciences Po, ou d’une école de journalisme. Mais des professionnels de la politique ou des administratifs, des journalistes ou des conseillers en communication peuvent aussi se sentir concernés.

Contact : francois.hourmant@univ-angers.fr