Infoscope, un média d’investigation engagé

436

Mardi 14 décembre, pour son dernier déjeuner mensuel en 2021, le Club a reçu Benoit Delrue et Adam Fourage, les deux fondateurs d’Infoscope, jeune association angevine ayant pour objet la production d’enquêtes journalistiques sur différents supports.

La Topette n’est pas le seul média « poil à gratter » de la région angevine. Depuis le printemps 2019, Infoscope produit des articles sur son site internet et réalise des documentaires sur des sujets économiques variés sous l’angle « des intérêts matériels et moraux des classes populaires françaises ». L’association est composée d’une jeune équipe de sept personnes, toutes bénévoles, emmenée par Benoit Delrue, 32 ans, journaliste formé à l’ESJ-Pro de Montpellier (cursus presse écrite – multimédia), qui a notamment travaillé à L’Humanité, Liberté Hebdo, La Voix du Nord et Angers Info, et Adam Fourage, 25 ans, passionné de sciences, d’histoire, d’économie et de sociologie. Infoscope a été créé dans le but de réaliser un premier documentaire, intitulé « Un Pognon de dingue » (disponible en accès libre sur la chaîne YouTube de l’association), consacré aux inégalités de patrimoine de la société française, dans l’ombre d’Emmanuel Macron. « Nous assumons totalement notre engagement en faveur des travailleurs, à qui nous voulons donner la parole. L’investigation, la collecte des données, la reconstitution de l’enchaînement des faits, le croisement des sources et l’honnêteté sont au coeur de notre démarche », expliquent Benoit et Adam, qui se sont formés à la prise de vue et au montage vidéo sur le tas.

« Nous sommes en guerre », série documentaire en trois épisodes

Leur deuxième projet est une série documentaire, en trois épisodes, intitulée « Nous sommes en guerre », qui a pour objectif de « donner la parole aux actrices et acteurs du monde du travail en première ligne, en particulier en Anjou, où se conjuguent crises sanitaire, sociale et politique ». Le premier épisode, « La Débâcle », sorti en mai dernier, dresse un état des lieux du monde de la santé en regard de la pandémie qui vient de mettre à jour les politiques menées ces dernières années. « Nous avons tourné début 2021 en Anjou. Cet épisode est la fois fidèle à la dure réalité des conditions de travail et de la perte de sens d’une partie des métiers du soin, mais également porteur d’espoir pour les générations à venir. »

Dans le deuxième épisode, « Lauriane », Benoît et Adam ont suivi des sapeurs-pompiers du département dans une course solidaire de 500 km, d’Angers à Grazac, en Haute-Loire, d’où était originaire Lauriane, sapeur-pompier en formation au SDIS 49, qui a mis fin à ses jours en avril 2016, à 23 ans. « On a voulu comprendre les véritables raisons de ce drame, qui a marqué beaucoup de gens dans le département et encore plus les pompiers. Ce tournage a été fort en émotions. Nous avons été bluffés par la détermination des sapeurs-pompiers et des proches de Lauriane pour se faire entendre face à un commandement sourd à leurs revendications. » Alors que sa hiérarchie avait tenté d’étouffer l’affaire, le combat de ses collègues, des syndicats et de sa famille a payé puisque le tribunal administratif de Nantes a enfin reconnu en juin dernier que la mort de Lauriane était « indiscutablement liée » à son travail.

L’ultime épisode de cette série, « Diviser pour régner », s’intéressera aux enjeux locaux de l’élection présidentielle. Il sera diffusé en mars 2022 et, comme les deux premiers épisodes, il sera disponible sur la plateforme VOD CinéMutins. L’équipe d’Infoscope ne manque pas d’idées pour ses futurs documentaires mais cherche encore son modèle économique. Elle s’appuie pour l’instant sur le financement participatif, une source de financement toutefois trop instable sur le long terme. L’initiative est en tout cas courageuse et le positionnement fort. On souhaite donc à Infoscope de trouver son public, comme a su si bien le faire La Topette, et de connaître le même succès !

Article précédentLe datajournalisme ou comment raconter une histoire avec des chiffres
Article suivant« En Afghanistan, nous sommes la cible de Daech et des talibans »