Avec Light, une communication éco-responsable

62

Pour la reprise de ses déjeuners mensuels, le Club a reçu mardi 14 septembre Boris Butaeye et Vincent Drouet, qui ont lancé en septembre 2020 leur studio de communication visuelle responsable à Angers.

Tous les secteurs d’activités participent aujourd’hui, de près ou de loin, au réchauffement climatique. Le secteur de la communication ne fait pas exception. Le numérique ne représente actuellement “que” 4% des émissions de gaz à effet de serre mais ce chiffre est évidemment appelé à augmenter fortement dans les années qui viennent. C’est de ce constat simple qu’est né il y a un an Light, une agence de communication angevine pas tout à fait comme les autres. “Nous nous engageons à travailler uniquement en éco-conception, avec pour objectif de diminuer les émissions liées à la création et à la distribution des supports de communication. On examine chaque projet, sous l’angle de la pertinence, puis en se demandant quels leviers on peut mettre en place pour en réduire les impacts, sans rien sacrifier à l’efficacité ou à la qualité visuelle des supports que l’on crée. Notre approche est à la fois scientifique, esthétique, et rationnelle”, détaille Boris Butaeye, vidéaste de profession et directeur artistique de Light.

Diviser le poids moyen d’une page web par dix

Cette démarche éco-responsable se décline sur les différents supports de communication et de manière concrète. Pour les deux entrepreneurs, il ne s’agit surtout pas de faire du simple green washing, mais d’identifier de manière très précise comment réduire l’empreinte carbone à tous les niveaux. “Pour le print, on travaille avec des imprimeurs locaux, on adapte la quantité de papier ; pour la vidéo on va plutôt viser l’économie de données et de moyens de production ; tandis que pour le web, en plus de limiter les données qui transitent par les réseaux, on va viser une certaine sobriété fonctionnelle afin de réduire la consommation électrique des terminaux”, complète Vincent Drouet, chargé de projets. Leur site internet est un parfait exemple de ce qu’ils peuvent proposer. Ils sont capables de diviser le poids moyen d’une page web par dix en simplifiant voire en éliminant certaines fonctionnalités inutiles. “L’avantage est double car le site est à la fois plus rapide et mieux référencé”, appuie Vincent Drouet.

Sensibilisation des étudiants

Le duo travaille avec des développeurs locaux et leurs clients (particuliers ou entreprises) se situent à deux heures d’Angers maximum. Une question de cohérence avec leur philosophie. Un autre projet leur tient particulièrement à coeur: ils participent à sensibiliser différents publics sur cette question, dont les étudiants en école d’ingénieur (notamment à l’ESAIP) et du numérique de l’agglomération angevine. Si Boris Butaeye et Vincent Drouet font pour l’instant figures de pionniers dans le monde de la communication, leur démarche s’inscrit complètement dans les préoccupations écologiques actuelles et surtout est applicable dans bien d’autres secteurs d’activité, pour peu que la volonté soit là.

Article précédentClaire Pétreault : « Mon boulot, je l’espère, fait partie de la solution »
Article suivantRecours irrégulier au CDD sur un poste vacant : les Prud’hommes condamnent Le Courrier de l’Ouest